Marcel Salem, les Charognards: Sons du Pays Natal pour Honorer les Anciens

Mis à jour : 10 nov. 2018



Marcel Salem a fait un long périple sur les routes d'Afrique de l'Ouest – Ghana, Togo, Bénin, Cameroun, Nigéria… Là, il fait la rencontre choc de Fela qui marquera sa musique. Autodidacte, il griffonne en secret des cahiers entiers de paroles. Après 12 ans d'aventure, il rentre au Sénégal la tête remplie de textes et de sons. Le Reggae sera son mode d'expression. Parce qu'après une épopée sous le signe de la faim, on est forcément révolutionnaire. La musique de Peter Tosh l'influence et il met un point d'honneur à revisiter les rythmes traditionnels du Ndut et à chanter en sérère.


CARROY 44, premier album de Marcel Salem sorti en 2006, danse au son du mblim. Des textes écrits à l'encre d'une double ferveur, chrétienne et rurale. Salem s'adresse aux nouvelles générations et rend hommage aux tirailleurs sénégalais… Son deuxième album, AFRICA VIGILANCE sorti en 2008, se nourrit de tradition africaine. La douceur de la kora se mêle au cri d'alarme de Salem qui pleure un continent malade, dénonce l'hypocrisie des dirigeants et la culture de la haine. Le 9 décembre dernier sortait LES CHAROGNARDS, son album le plus roots reggae. Les Charognards dénonce les systèmes dynastiques du « Père-Fils-Pouvoir », pointe du doigt l'injustice envers les populations pauvres d'Afrique. Salem se nourrit des sons du pays natal pour honorer les anciens, appeler à la préservation du patrimoine sérère et louer la richesse de la terre.


Source: Reggae.fr

#Reggae #Afrique #Sénégal

3 vues0 commentaire
  • Facebook Aimelody