Les portraits de Camille Giuliano #4 - Sukua

Mis à jour : 10 nov. 2018



Sukua – Fait partie de la communauté Kogi, vit dans la Sierra Nevada, Colombie Les mots de Sukua : Elle s’est encore vengée, elle souffre, cela ne peut plus durer. Hier soir, elle a pris mon mari. La foudre est tombée sur la maison dans laquelle ils se réunissaient lui et les autres mamus. La Terre Mère veut récupérer ce qui lui a été volé. Les petits frères ne comprennent pas. Il n’y a ni bien ni mal dans la nature seulement équilibre et déséquilibre. Nous les grands frères sommes les gardiens de l’équilibre. Sans lui, il n’y a pas de vie. Chaque chose que la Terre nous offre il faut lui rendre d’une manière ou d’une autre. Les petits frères ont rompu l’équilibre, ils pillent nos tombes depuis bien trop longtemps. Ils réveillent nos ancêtres et volent l’or de la Terre mère. La Terre est malade, les petits frères ne comprennent pas, ils veulent s’enrichir mais seul l’équilibre compte, et il ne s’achète pas… ----------------------------------------------------------------- Pour comprendre : Les Kogis vivent reculés dans la Sierra Nevada de Santa Marta, une chaîne de montagnes culminant à plus de 5000 mètres couverte d’une jungle luxuriante à seulement quelques dizaines de kilomètres de la mer des caraïbes colombienne. Les Kogis se considèrent comme les Grands frères, les gardiens de la Nature et nous désignent comme les petits frères ayant encore tout à apprendre. L’apparition de leur communauté remonte à plus de 4000 ans et malgré la conquête espagnole leur culture et leurs traditions ont été conservées. Les Kogis enterrent leur défunt selon un rituel bien précis et déposent de l’or dans les tombes comme offrande à la Terre mère pour rééquilibrer les dommages subis par la nature du fait de l’activité humaine. L’équilibre constitue une perpétuelle recherche pour les Kogis et tous leurs faits et gestes en dépendent. Depuis la découverte en 1973 de sites archéologiques de la civilisation Kogui (la ciudad perdida), les pilleurs de tombes affluent du monde entier pour voler l’or enterré avec les défunts dans les tombes. Chaque pillage représente une plaie ouverte dans le cœur des Kogis et une rupture de l’équilibre établi mais, ce n’est pas le seul drame pour cette civilisation qui doit aussi affronter conflits armés entre guérillas et paramilitaires, suppression de leurs terres par les narco-traficants et déforestation...

© Camille Giuliano / All rights reserved


Véritable photographe engagée et passionnée, Camille Giuliano nous offre ses clichés avec une grande générosité! Les portraits réalisés par l'artiste sont touchants tout autant que les témoignages qui les accompagnent. En nous décrivant le quotidien, une conversation ou encore une anecdote du modèle, Camille partage un petit bout de vie de ces inconnu(e)s qui nous semblent soudain plus familiers. Avec tout son ressenti, la photographe met son art au service du rapprochement entre les populations, de l'information et la sensibilisation en abordant des problématiques particulièrement importantes vécues par les personnes photographiées... Bref, ça vaut le coup d'oeil ;)

Nous vous réservons encore de nombreux portraits de Camille !

Pour croiser ensemble le regard des peuples de Colombie et effleurer la réalité de leur vie...


Source : www.facebook.com/camillegiulianophotographe/

#camillegiuliano

6 vues0 commentaire
  • Facebook Aimelody